Aller au contenu principal

Le FIFF sort des sentiers battus

Monty Python's The Meaning of Life, Terry Jones, 1983
Monty Python's The Meaning of Life, Terry Jones, 1983

Le Festival International du Film de Fribourg (FIFF), qui se tiendra du 18 au 27 mars 2022, dévoile sa section Décryptage : Context culture. Trente des plus éminent·es humoristes suisses ont désigné des comédies qui ne pourraient probablement plus se faire aujourd’hui. Remettre ces films cultes dans leur contexte de sortie, les redécouvrir sous l’angle des valeurs sociétales et juridiques d’aujourd’hui, débattre ensemble : voilà les ambitions du Festival. Sortant décidément des sentiers battus pour sa 36e édition, le FIFF attrape également la manette avec Cutscene et explore sur grand écran la création originale de jeux vidéo suisses entrant en écho avec la programmation 2022. Créé pour le FIFF, Un dernier Film, jeu vidéo qui parcourt une ville de Fribourg post-apocalyptique, est disponible dès à présent.

Le FIFF décrypte la Context culture
Faut-il jeter aux oubliettes les films anciens qui reflètent le sexisme ou le racisme de leur époque ? Le FIFF croit à la pédagogie plutôt qu’à l’effacement. Face à la cancel culture, il propose la Context culture : sans compréhension du passé, pas de futur ; sans mémoire, pas de progrès possible. Thierry Jobin, directeur artistique, explique : « Les festivals sont LE lieu par excellence de l’échange et de la rencontre. Les longs mois de pandémie ont polarisé la société comme jamais : nous avons toutes et tous passé trop de temps à visionner des films en solitaire, avant, pour beaucoup, de nous défouler sur les réseaux sociaux. Tout le contraire de l’art du débat et du plaisir qu’il procure. Cette situation a mené à des actes obscurantistes, même du côté de mouvements qui prônent des valeurs progressistes : livres brûlés au Canada, contes de fées mis au pilori, films écartés… En guise de contrepied, nous avons invité une centaine d’humoristes suisses à désigner des comédies impossibles à produire en 2022 ». Trente ont joué le jeu, dont des personnalités telles que Gardi Hutter, Joseph Gorgoni, Viktor Giacobbo, Claude-Inga Barbey, Yann Lambiel, les deux Vincent (Kucholl et Veillon). Emil Steinberger a même fait au FIFF le cadeau d’inventer des titres de films et leurs slogans (voir ci-après). Les dix films les plus cités seront projetés dans la section Décryptage : Context culture. « Il est intéressant de constater que la grande majorité des films nommés sont de bonnes vieilles comédies datant des années 1970 et 1980, qui sont régulièrement diffusées avec succès à la télévision et font indéniablement partie du patrimoine comme de l’imaginaire collectif. Nous invitons le public à replonger dans le contexte de leurs sorties et à découvrir que leur production ne fut, et de loin, pas si facile à l’époque déjà », ajoute Thierry Jobin. 

En complément, le FIFF annonce un débat humoristique inédit dimanche 20 mars : Le grand procès de la comédie – Une justice de parodie. Marc Boivin, juge cantonal et humoriste, présidera un tribunal d’exception devant lequel les dix films sélectionnés seront jugés sous l’angle des principes du droit et de la culture, notamment du blasphème, de l’outrage aux mœurs, de la discrimination ou de l’appropriation culturelle. Il précise : « Le rire est un humanisme grinçant. Transgressif par nature, il se peut qu’il ne soit ni convenable, ni même acceptable. Mais au regard de quoi ? Du droit ? De la morale ? De valeurs religieuses ou politiques ? Ces normes ne cessant d’évoluer, il est intéressant, en ces périodes où l’on juge l’humour sans lui accorder de procès, d’apporter un petit éclairage culturel à des comédies cultes susceptibles d’avoir mieux franchi l’obstacle du temps que celui des générations ». Stéphane Babey, rédacteur en chef du magazine satirique Vigousse, endossera le rôle de procureur et donne le ton avec une boutade : « Il faut imposer une censure bien plus arbitraire des œuvres du passé. Ça tombe bien, j’ai plein d’idées pour ça ! ». Parmi les témoins, des humoristes se relaieront à la barre, notamment Brigitte Rosset et Gérard Mermet. « L’appréciation finale sera soumise au seul jury compétent : …le public du FIFF ! », se réjouit Marc Boivin.

Un dernier film, jeu vidéo par Arnow, Qui et Nello, FIFF22

Du jeu vidéo sur grand écran au FIFF : Cutscene, 19-26 mars
Créé en collaboration avec l’association fribourgeoise Swiss Game Center, Cutscene – ou, dans le jargon, l’interruption du jeu par une scène cinématique – est un programme qui fait la part belle aux créations originales de jeux vidéo suisses. Le public pourra, toute la semaine, passer à l’action sur grand écran. La plupart des jeux vidéo sélectionnés font écho à la thématique post-apocalyptique du FIFF 2022, notamment Mundaun, jeu lucernois lauréat du prix du meilleur jeu de divertissement suisse 2021, une fable horrifique dessinée au crayon. Ninza, un jeu fribourgeois, sera également à l’honneur. Il sera possible de jouer à des jeux vidéo dans la salle ARENA 8 tout en rencontrant les créateur·rices qui les ont façonnés. Cutscene est une immersion au cœur des productions nationales avec conférences, performances, tournois, et une soirée au Nouveau Monde le samedi 19 mars.

Un jeu vidéo créé spécialement pour le FIFF par trois créateurs fribourgeois lance ce nouveau programme Cutscene. Dans le jeu Un dernier Film, un personnage féminin est la seule survivante d’un monde post-apocalyptique. Accompagnée de son chien, elle parcourt la ville de Fribourg en ruine, à la recherche de films, seuls souvenirs du monde passé.
Programme complet de Cutscene et jeu disponible gratuitement en ligne sur ordinateur : fiff.ch/cutscene.

Télécharger le communiqué de presse en PDF


DÉCRYPTAGE: Context Culture

S’il est malvenu de continuer à les produire, faut-il pour autant, comme le prône la cancel culture, jeter aux oubliettes les films anciens qui reflètent le sexisme ou le racisme de leur époque ? Le FIFF croit plutôt à une mise en contexte. La pédagogie plutôt que l’effacement : sans passé, pas de futur.
Nous avons proposé à 90 comiques suisses de citer des comédies impossibles à produire en 2022. 39 n’ont jamais répondu. 21 ont explicitement refusé de participer, lassé·es par les débats sur le « Peut-on rire de tout ? », ou défendant le mouvement de la cancel culture. Et 30 ont joué le jeu.

LES FILMS

LES AVENTURES DE RABBI JACOB
Gérard Oury, 1973
France, Italy
LE GENDARME ET LES GENDARMETTES
Jean Girault, 1982
France
LES VALSEUSES
Bertrand Blier, 1974
France
CALMOS
Bertrand Blier, 1976
France
LA CAGE AUX FOLLES
Édouard Molinaro, 1978
France, Italy
LA GRANDE BOUFFE
Marco Ferreri, 1973
France, Italy
MONTY PYTHON’S LIFE OF BRIAN
Terry Jones, 1979
UK
THE PARTY
Blake Edwards, 1968
USA
C’EST ARRIVÉ PRÈS DE CHEZ VOUS
Rémy Belvaux, André Bonzel, Benoît Poelvoorde, 1974
Belgium
MONTY PYTHON’S THE MEANING OF LIFE
Terry Jones, 1983
UK


LES ÉVÉNEMENTS

Le grand procès de la comédie - Une justice de parodie
Dimanche 20.03 | 18h00 - 19h30
ARENA 4
Détails et réservation
 

Les trente comiques suisses qui ont désigné des films pour la section
Noël Antonini, Pierre Aucaigne, Stéphane Babey, Claude-Inga Barbey, Marc Boivin, Christophe Bugnon, Benjamin Cuche, Laurent Deshusses, Nathalie Devantay, Hans Fässler, Laurent Flutsch, Jean-Luc Fornelli, Viktor Giacobbo, Joseph Gorgoni, Kaya Güner, Carlos Henriquez, Gardi Hutter, Vincent Kucholl, Yann Lambiel, Gérard Mermet, Thierry Meury, Frédéric Recrosio, Julia Roos, Brigitte Rosset, Beat Schlatter, Jean-Charles Simon, Karim Slama, Emil Steinberger, Vincent Veillon, Sandrine Viglino.

Emil Steinberger a en plus imaginé des titres de films et leurs slogans:

  • Die Schweizer Mond-Kuh. Wenn Schweizer Kühe zum Mond reisen (Dok)
  • Flug der Schweizer Bienen. Der abenteuerliche Flug der Schweizer Bienen nach Peking
  • Heidi 1898. Das Leben der ersten Schweizer Influencerin im Jahre 1898
  • James Bond in Wassen. Mike Müller verirrt sich als James Bond verkleidet im « Chileli » von Wassen
  • Ha Ha Ha. Wie Schweizer ohne Humor überleben (Dok)
  • Gotthard. Velo-rennen durch den 57-Kilometer-Tunnel und Rückfahrt über den Pass zurück nach Airolo (Reportage)
  • Geld spielt keine Rolle. Musical-Film mit Bundesrat Maurer und seinem Departement als Chor und Tänzer*innen

 


image en background

Conception: By the way studio - Développement: Agence MiNT

Mon compte

Connexion

Forgot password?

Je n’ai pas de compte - Créer un compte

Mon compte

Créer un compte

J’ai déjà un compte - Connexion

Bienvenue sur la page « Mes favoris » !

C’est ici que vous pourrez:

  • Retrouver la sélection de vos séances
  • Ajouter simplement votre sélection à votre panier

Maintenant vous pouvez accéder à vos favoris et les partager depuis tous vos appareils en vous créant un compte.

S'inscrire maintenant

Bon Festival!


Connexion

Se connecter avec un TicketID