Aller au contenu principal

34e 20 > 28.03.2020

image en background

La sélection FIFF pour la maison

Gaspard va au mariage - Outside the Box
"Gaspard va au mariage" d'Anthony Cordier

Une étude a montré que nous perdons en moyenne 17 minutes avant de trouver un film ou une série intéressants, en particulier sur les plateformes VOD type Netflix. En ces jours de confinement, ça ne s’améliore probablement pas.

Les festivals sont plébiscités, entre autres, parce qu’ils aident le public à sélectionner dans une offre pléthorique. Dans la situation particulière actuelle, il n’y a pas de raison que ça change. En se basant sur la liste de plateformes de streaming publiée la semaine dernière sur le site du FIFF, complétée par l’offre de Netflix et Amazon Prime, le directeur artistique du Festival Thierry Jobin a concocté (et commenté) un Top 10 pour chacune des plateformes. L’occasion de revoir des classiques, de découvrir les nouveautés qui comptent ou de partager quelques plaisirs coupables, le tout à voir seul·e, en couple ou en famille.

Bons films !

SOMMAIRE

• Que du bon chez mubi.com
• Le top 10 sur cinefile.ch
• Les films FIFF sur filmingo.ch
• Les perles de Outside The Box
• Les productions suisses sur filmo.ch
• Des chefs-d’œuvre muets et parlants sur openculture.com
• En famille sur Netflix (enfants et adolescents)
• Le Top 10 sur Netflix
• Dans l’offre d’Amazon Prime

Que du bon chez mubi.com!

Osons dire que mubi.com  est le grand coup de cœur de cette sélection. Non seulement parce que tous les genres s’y côtoient comme au FIFF : films de genre ou d’auteur·e, commerciaux ou patrimoniaux. Mais aussi parce que la plateforme, disponible en français, allemand, italien ou encore anglais, a décidé d’offrir 3 mois d’abonnement pour seulement CHF 1.- ! Cet abonnement donne un accès gratuit à une sélection de films sans cesse renouvelée et incroyablement diverse, ainsi qu’à des programmes spéciaux (en ce moment, une sélection de la dernière Berlinale ou une rétrospective Louis Malle).
Si ça ne vous rassasie pas encore, mubi.com permet aussi de louer (entre CHF 3.- et 5.-) des centaines de grands films en haute définition et avec un beau choix de langues. Le classement des films, en sections telles que « Les films qu’il faut absolument avoir vu », « Le nouveau cinéma argentin » ou « Une sélection choisie avec soin de 30 merveilles du cinéma » vaut tous les TOP 10 que votre serviteur pourrait proposer ! Laissez-vous guider par leurs goûts. Ce sont peu ou prou les nôtres !

"Atbai's Fight", Adlikhan Yerzanov
"Atbai's Fight", Adlikhan Yerzanov

Le Top 10 sur cinefile.ch

  1. Atbai’s Fight, de Adilkhan Yerzhanov
    Kazakhstan 2019 – Compétition intarnationale : Longs métrages FIFF 2020
  2. Burning, de Lee Chang-dong (Corée du Sud 2018)
  3. The Chaser, de Na Hong-jin (Corée du Sud 2008)
  4. The Host, de Bong Joon-ho (Corée du Sud 2006)
  5. I, Tonya, de Craig Gillespie (USA 2017)
  6. Memories of Murder, de Bong Joon-ho (Corée du Sud 2003)
  7. Mother, de Bong Joon-ho (Corée du Sud 2009)
  8. Skin, de Guy Nattiv (USA 2019)
  9. Snowpiercer, de Bong Joon-ho (Corée du Sud 2013)
  10. Sweet Country, de Warwick Thornton (Australie 2018)
"Compañeros – La Noche de 12 años", Álvaro Brechner
"Compañeros – La Noche de 12 años", Álvaro Brechner

Les films FIFF sur filmingo.ch

  1. Compañeros – La Noche de 12 años, d’Álvaro Brechner
    Uruguay, Espagne, Argentine, France, Allemagne, 2018 – parce que, avec cet impressionnant film de résistance au confinement, Alvaro a remporté 3 prix dont les Prix spécial du Jury et le Prix du Public au FIFF 2019 et qu’il a accepté d’être dans le jury 2020 qui départage les films « à la maison » 
  2. Corn Island, de George Ovashvili
    Georgie, 2014 – parce que ce grand-père qui écarte sa petite-fille de la guerre est un magnifique récit de confinement primé par le public du FIFF 2015 
  3. Dunia, de Jocelyne Saab
    Egypte, 2006 – parce que ce Prix du public et des jeunes 2006 évoque la place de la liberté dans une société enfermée par les interdits
  4. Fish & Cat, de Shahram Mokri
    Iran, 2013 – parce que ce prodigieux film en un seul plan, primé au FIFF 2014, évoque les menaces qui pèsent sur les générations
  5. Foxtrot, de Samuel Maoz
    Israël, 2017 – parce que l’absurdité politique et ses impacts sur les populations ont rarement mené à autant de poésie
  6. El Otro, d’Ariel Rotter
    Argentine, 2007 – parce le public du FIFF 2007 avait plebiscité ce retour à la nature sauvage qui fait tant écho aujourd’hui
  7. La Vida es silbar, de Fernando Pérez
    Cuba, 1998 – parce que le Prix du public 1999 parle d’espoir chez les Cubains qui connaissent depuis longtemps le principe de confinement
  8. White Sun, de Deepak Rauniyar
    Népal, 2016 – parce que ce récit du bout du monde, quatre fois primé au FIFF 2017, célèbre les relations entre enfants et parents jusqu’à la mort
  9. Yeelen, de Souleyman Cissé
    Mali, 1987 – parce que le parcours initiatique du jeune Niankoro, Grand Prix du FIFF 1988, montre combien le respect entre génération élève une culture
  10. You Will Die at 20, d’Amjad Abu Alala
    Soudan, France, Egypte, Allemagne, Norvège, Qatar, 2019 – parce que ce magnifique western soudanais est l’un des 12 magnifiques films de la Compétition internationale : Longs métrages du FIFF 2020 que nous nous réjouissions tant de vous présenter
"I’m not a Witch", Rungano Nyoni
"I’m not a Witch", Rungano Nyoni

Les perles de Outside The Box

  1. Adieu à l’Afrique, documentaire de Pierre-Alain Meier (Suisse 2017)
  2. Ceux qui travaillent, film d’Antoine Russbach (Suisse 2019)
  3. Cómprame un revolver, film de Julio Hernández Cordón (Mexique, Colombie 2018)
  4. Free to run, documentaire de Pierre Morath (Suisse, France, Belgique 2016)
  5. Gaspard va au mariage, film d’Anthony Cordier (France 2018) 
  6. Home, film d’Ursula Meier (Suisse, France, Belgique 2008)
  7. I’m not a Witch, film de Rungano Nyoni (Zambie, GB, France, Allemagne 2017)
  8. Jupiter’s Moon, de Kornél Mundruczó (Hongrie, Allemagne 2017)
  9. Much Loved et Razzia, films de Nabil Ayouch (Maroc 2015 & 2018)
  10. Paddy la petite souris, dessin animé de Linda Hambäck (Suède 2019), avec téléchargement de bricolages ou coloriages !
"Grauzone", Fredi M. Murer
"Grauzone", Fredi M. Murer

Les productions suisses sur filmo.ch

  1. Das Boot ist voll (La Barque est pleine), film de Markus Imhoff (Suisse 1981)
  2. Charles mort ou vif, film d’Alain Tanner (Suisse 1969)
  3. Grauzone, film de Fredi M. Murer (Suisse 1979)
  4. Höhenfeuer (L’Âme sœur), film de Fredi M. Murer (Suisse 1985)
  5. L’Invitation, film de Claude Goretta (Suisse 1973)
  6. Mais im Bundeshuus – Le génie helvétique, documentaire de Jean-Stéphane Bron (Suisse 2003)
  7. Les Petites Fugues, film d’Yves Yersin (Suisse 1979)
  8. Reise der Hoffnung (Voyage vers l’espoir), film de Xavier Koller (Suisse 1990)
  9. Siamo Italiani, documentaire d’Alexander J. Seiler, Rob Gnanrt & June Kovach (Suisse 1964)
  10. War Photographer, documentaire de Christian Frei (Suisse 2001)
"The General", Buster Keaton
"The General", Buster Keaton

Des chefs-d’œuvre muets et parlants sur openculture.com

  1. Battleship Potemkine, de Sergei M. Eisenstein (URSS 1925)
  2. The Bigamist et The Hitch-Hiker, films d’Ida Lupino (USA 1953 et 1953)
  3. The General, de Buster Keaton (USA 1926)
  4. Häxan – La Sorcellerie à travers les âges, film de Benjamin Christensen (Suède 1922)
  5. Intolerance, de David Wark Griffith (USA 1916)
  6. Judex, de Georges Franju (France 1963)
  7. The Kid, de Charles Chaplin (USA 1921)
  8. The Lost World, d’Harry O. Hoyt (USA 1925)
  9. La Passion de Jeanne d’Arc et Vampyr, de Carl Theodor Dreyer (France, Allemagne 1928 & 1932) 
  10. Zéro de conduite, film de Jean Vigo (France 1933)
"The Goonies", Richard Donner
"The Goonies", Richard Donner

En famille sur Netflix 

Enfants

  1. Le catalogue de dessins animés des studios japonais Ghibli ! (Mon Voisin Totoro, Porco Rosso, Le Voyage de Chihiro, Princesse Mononoké, etc.) – parce qu’il n’y a rien de mieux ou presque en cinéma d’animation
  2. Les Indiana Jones, trilogie (+1) de Steven Spielberg – parce que pierre qui roule…
  3. Les Retour vers le futur (Back to the future), trilogie de Robert Zemeckis – parce qu’avec la DeLorean, on peut rêver d’un monde différent
  4. Babe, le cochon devenu berger, de Chris Noonan (Australie, USA 1995) – parce que d’habitude je déteste les films avec des animaux qui parlent
  5. The Goonies, film de Richard Donner (USA 1985) – parce que ça a vraiment très bien mal vieilli

Adolescents

  1. Okja, film de Bong Joon-ho (Corée du Sud, USA 2017) – parce que Bong Joon-ho est un copain, et pas seulement pour ça
  2. Arrête-moi si tu peux (Catch Me if You Can), film de Steven Spielberg (USA 2002) – parce que Spielberg est un copain de Bong Joon-ho, et pas seulement pour ça
  3. La Folle Journée de Ferris Bueller (Ferris Bueller’s Day Off), de John Hughes (USA 1986) – parce qu’on a toutes et tous rêvé de jours sans école, mais un peu différemment qu’aujourd’hui
  4. Frangins malgré eux (Step Brothers), film d’Adam McKay (USA 2008) – parce que, je ne sais pas vous, mais, depuis le début du confinement, j’aime et pratique des gags de plus en plus stupides
  5. Mad Max : Fury Road, film de George Miller (Australie, USA, Afrique du Sud 2015) – parce que, quitte à imaginer un après-coronavirus en famille, autant s’éclater avec le meilleur film de la décennie 2010 (selon Les Inrockuptibles et probablement moi aussi un peu)
"Uncut Gems", Benny & Josh Safdie
"Uncut Gems", Benny & Josh Safdie

Le Top 10 sur Netflix

  1. American Factory, documentaire de Julia Reichert & Steven Bognar (USA 2019) – parce que l’Oscar du meilleur documentaire 2020 décortique par le petit bout de la lorgnette, tiens donc, les relations Chine-USA
  2. Dans leur regard (When They See Us), mini-série d’Ava DuVernay (USA 2019) – parce que j’adore toutes les reconstitutions d’histoires vraies où Donald Trump apparaît, même furtivement, comme ce qu’il a toujours été : … (remplissez les pointillés)
  3. Don’t F**k with Cats, mini-série documentaire de Mark Lewis (GB, USA 2019) – parce que j’adore me pincer en me disant « mais c’est pas possible ! »
  4. The Invitation, film de Karyn Kusama (USA 2015) – parce que des festivalières et festivaliers de nos Séances de minuit de 2016 ne s’en sont toujours pas remis-e-s
  5. Moneyball, film de Bennett Miller (USA 2011) – parce que les festivaliers et surtout les festivalières de notre section Cinéma de genre : Films de sport (c’était en 2013) ne se sont toujours pas remis-e-s de Brad Pitt dans cette histoire vraie, juste l’un de ses plus beaux rôles 
  6. Nocturnal Animals, film de Tom Ford (USA 2016) – parce que vous n’étiez pas allé-e-s voir ce sublime cauchemar. Ou si peu et je le sais car nous n’étions guère plus de 5 dans la salle 
  7. Up in the Air, comédie romantique de Jason Reitman (USA 2009) – parce que George Clooney et Vera Farmiga, quoi
  8. Scarface, film de Brian De Palma (USA 1983) – parce que « say hello to my little friend ! »
  9. Uncut Gems, film de Benny & Josh Safdie (USA 2019) – parce que c’est probablement le meilleur film produit par Netflix à ce jour, sorte de Scorsese haletant qui fait aimer même le pire… Le coronavirus ? Non : Adam Sandler dans le rôle de sa vie.
  10. World War Z, film de Marc Forster (USA 2013) – parce que ça pourrait franchement être pire.

Bonus: la saison 3 de la série Ozark dès le 27 mars ! Ozark ? Vous ne connaissez pas ? Si oui, commencez la liste ci-dessus par les deux premières saisons !

"The Aeronauts", Tom Harper
"The Aeronauts", Tom Harper

Dans l’offre d’Amazon Prime

  1. Une bonne dose de Brian De Palma (The Untouchables) Martin Scorsese (The Goodfellas, The Wolf of Wall Street) Steven Spielberg (Jaws, Minority Report) – parce qu’on a besoin des meilleurs conteurs du monde
  2. The Addams Family, film de Barry Sonnenfeld (USA 1991) – parce que tous les confinements parents-enfants tournent gentiment à la farce lugubre
  3. The Aeronauts, film de Tom Harper (GB, USA 2019) – parce que ce Gravity en montgolfière est sans doute le meilleur film produit par Amazon pour l’instant
  4. Fleabag, série créée et interprétée par Phoebe Waller-Bridge (GB 2016-2019) – parce qu’on a franchement besoin de rire de bon cœur et de politiquement incorrect
  5. Heat, film de Michael Mann (USA 1995) – parce que le meilleur thriller des années 1990 est aussi un grand film sur le confinement et l’attachement
  6. Hunters, série créée par David Weil (USA 2020) – parce que le confinement passe mieux en compagnie d’Al Pacino
  7. The Man in the High Castle, série créée par Frank Spotnitz d’après Philip K. Dick (USA 2015-2019) – parce que cette Amérique uchronique dominée par l’Allemagne nazie et l’Empire nippon est un chef-d’œuvre que nous rêvions de projeter, sans le pouvoir, dans le cadre de notre section Cinéma de genre : Mondes à l’envers
  8. Le Parrain 1 & 2 (The Godfather 1 & 2), films de Francis Ford Coppola (USA 1972 & 1974) – parce que c’est le bon moment pour (re)découvrir deux des plus beaux films du monde
  9. Ring, film d’Hideo Nakata (Japon 1998) – parce les bons films d’horreur restent toujours de bons exutoires
  10. Shaun of the Dead, film d’Edgar Wright (GB, France 2004) – parce que tout ce qui nous arrive se finira forcément en gros éclat de rire lors d’une tournée générale dans les pubs
image en background

Conception: Asphalte Design - Développement: Bluesystem